La vidéo

Le texte

Aux Anges Qui Nous Voient

— Passant, qu’es-tu ? je te connais.
Mais, étant spectre, ombre et nuage,
Tu n’as plus de sexe ni d’âge.
— Je suis ta mère, et je venais !

— Et toi dont l’aile hésite et brille,
Dont l’œil est noyé de douceur,
Qu’es-tu, passant ? — Je suis ta sœur.
— Et toi, qu’es-tu ? — Je suis ta fille.

— Et toi, qu’es-tu, passant ? — Je suis
Celle à qui tu disais : Je t’aime !
— Et toi ? — Je suis ton âme même. —
Oh ! cachez-moi, profondes nuits !

Juin 1855.

Victor Hugo, Les Contemplations

Les illustrations

Aux Anges Qui Nous Voient de Victor Hugo dans Les Contemplations - Peinture de Pietro da Cortona - Ange gardien - 1656
Aux Anges Qui Nous Voient de Victor Hugo dans Les Contemplations - Peinture de Pietro da Cortona - Ange gardien - 1656
Victor Hugo - Portrait par Léon Bonnat - 1879
Victor Hugo - Portrait par Léon Bonnat - 1879

Le pdf

Le pdf du poème Aux Anges Qui Nous Voient de Victor Hugo est disponible dans le recueil Les Contemplations :

Laisser un commentaire