La vidéo

Le texte

Spes

De partout, de l’abîme où n’est pas Jéhovah,
Jusqu’au zénith, plafond où l’espérance va
Se casser l’aile et d’où redescend la prière,
En bas, en haut, au fond, en avant, en arrière,
L’énorme obscurité qu’agitent tous les vents,
Enveloppe, linceul, les morts et les vivants,
Et sur le monstrueux, sur l’impur, sur l’horrible,
Laisse tomber les pans de son rideau terrible ;
Si l’on parle à la brume effrayante qui fuit,
L’immensité dit : Mort ! L’éternité dit : Nuit !
L’âme, sans lire un mot, feuillette un noir registre ;
L’univers tout entier est un géant sinistre ;
L’aveugle est d’autant plus affreux qu’il est plus grand ;
Tout semble le chevet d’un immense mourant ;
Tout est l’ombre. Pareille au reflet d’une lampe,
Au fond, une lueur imperceptible rampe ;
C’est à peine un coin blanc, pas même une rougeur.
Un seul homme debout, qu’ils nomment le songeur,
Regarde la clarté du haut de la colline ;
Et tout, hormis le coq à la voix sibylline,
Raille et nie ; et, passants confus, marcheurs nombreux,
Toute la foule éclate en rires ténébreux
Quand ce vivant, qui n’a pas d’autre signe lui-même
Parmi tous ces fronts noirs que d’être le front blême,
Dit en montrant ce point vague et lointain qui luit :
Cette blancheur est plus que toute cette nuit !

Janvier 1856.

Victor Hugo, Les Contemplations

Les illustrations

Spes de Victor Hugo dans Les Contemplations - Peinture de Benjamin Constant - Spes Aeternae, la boîte de Pandore - 1902
Spes de Victor Hugo dans Les Contemplations - Peinture de Benjamin Constant - Spes Aeternae, la boîte de Pandore - 1902
Victor Hugo - Portrait par Léon Bonnat - 1879
Victor Hugo - Portrait par Léon Bonnat - 1879

Le pdf

Le pdf du poème Spes de Victor Hugo est disponible dans le recueil Les Contemplations :

Laisser un commentaire